Le crédit-vendeur joue un rôle positif important dans deux cas principaux :
- lorsqu’il s’agit de financer un stock à écouler par le repreneur,
- ou lorsque le montant à financer n’est pas trop élevé (ex: inférieur à 50 à 70 K€) et que le repreneur n’a pas suffisamment d’apport. Le cédant rend alors possible le bouclage du plan de financement.
Dans tous les autres cas, un crédit-vendeur peut avoir l’effet positif d’attester de la confiance du cédant dans le succès du repreneur, mais à la stricte condition de rester modeste (5% à 10% du prix) et de ne pas constituer, en fait, une augmentation déguisée, indue et non finançable par ailleurs du prix de vente. Soyez donc vigilant avant de vous engager !
Financer la reprise – APCE

Partagez →